L’art du Nu en Afrique | Interview de Fish Eye

1
742

Il existe plusieurs photographes dans le monde qui pratiquent l’art du nu depuis des années. En Afrique, ce style commence à prendre de l’ampleur et attire des interrogations. Nous avons voulu en savoir plus sur ce métier et notre dévolu s’est déversé sur Fish Eye qu’il est l’un des pionniers et l’un des plus talentueux dans ce domaine.

C’est quoi la photographie du “nu” donc tu pratiques ?

Tout d’abord j’aimerai préciser que le nu est un vaste domaine que plusieurs artistes pratiquent. Que ce soit avec la peinture, la danse (striptease, danse érotique), etc. Avec l’avenue de la technologie, on a découvert la possibilité de faire de l’art avec la photo. Moi bien qu’étant portraitiste, je suis passionné par les formes et les courbe. Une fois que j’ai découvert cela en moi, il fallait se former et ensuite trouver un modèle. Je peux dire que cela n’a pas été facile avec nos mœurs africaines (religions, coutumes, etc) d’avoir un modèle qui ait la même vision que moi. J’ai cru un moment que c’était une mission impossible. Il a donc fallu beaucoup de persuasions tout en démontrant ma détermination. Lorsque mon premier modèle a vu ça en moi, elle a directement compris le truc. Malgré que c’était devant un coca cola, elle croyait qu’au départ j’étais là pour la séduire. Finalement on sait mis d’accord et nous nous sommes lancé dans cette aventure.

Il faut que les gens comprenne tout d’abord que je ne suis pas là pour copier ou reproduire ce que les autres ont déjà fait. Mon travail consiste à apporter quelque chose de nouveau, de particulier que nous africains et camerounais avons. On a déjà vu l’apport du sport, la musique, la peinture, etc. En tant que nouvel art de dernier technologie associée au nu qui est très complexe, il fallait rester dans la même démarche artistique pour apporter quelque chose propre à nous.

Jasmine Djemeni modèle de fish eye
Jasmine Djemeni  – Modèle Principal

En tant que photographe qu’est ce qui te motive sachant qu’il y a forcément de gens qui te perçoivent comme photographe pervers ?

Ce n’est pas comme ci j’ai choisi être ce que je suis. Je me suis juste rendu compte que c’est ce que je dois faire. C’est comme un artiste musicien qui a un Don ; il est né pour ça. Tu dois juste travailler pour le murir ton don et le développer. Celui qui pense que je suis pervers n’a forcément pas vu mon travail. Pareil pour certaines filles qui avaient des craintes vis-à-vis de leurs parents, ceux-ci étaient même ceux qui me félicitaient à la fin.

Il ne faut pas que les gens pensent que c’est un manque de respect à la femme. Quand c’est un travail artistique, La photographie devient un moyen de magnifier la beauté du corps. Que ce soit un homme ou une femme, qu’on peut rencontrer dans la rue, on a une certaines émotions (nous les artistes) que nous voyons et il faut savoir comment retransmettre cela soit en peinture ou en photo. D’aucun prennent la photo sur le coup (instant décisif). La photo n’est même pas bien compris et ajouter du nu “haha” ça devient compliqué.

Comment tu choisis tes modèles?

C’est pas assez compliqué hein ! Avec la notoriété que j’ai pu assoir jusqu’ici sur les réseaux sociaux, je n’ai pas de problème à me trouver de modèle. Il suffit que je fasse une publication pour qu’elles viennent toute seul. Parfois même dans la rue je peux tomber sur une fille dont je vois le côté modèle qui est en elle. Je lui fais la proposition et libre à elle d’accepter ou pas.

Il y a des filles qui me demandent souvent si elles peuvent venir avec les vêtements pensant que c’est un shooting. Je ne suis pas un photographe qui fait des jolies photos avec les filles ; je suis un artiste qui fait des tableaux (des œuvres d’art).

Est-ce que tu payes ces filles ? Vous êtes sous contrat ?

Hmm ! Non, il n’y a pas de marché de l’art au Cameroun et par conséquent elles travaillent avec moi sous forme de bénévolat. Tout ce que je réalise jusqu’ici est un investissement personnel puisque je suis un passionné. Comme je n’ai pas de plus-value, je ne peux pas parler de salaire. Ce que je fais avec elles c’est de partager les photos sur les réseaux sociaux jusqu’à ce que quelqu’un décide d’acheter soit dans une galerie ou ailleurs. À moins que ce soit un annonceur qui paye, les modèles ont une sorte de contrat et chacun rentre en possession de ce qui lui revient.

Comment fais-tu la promotion de tes œuvres ?

Je participe souvent aux festivals et j’ai même fait des expositions. Il y en a ou je m’abonne pour pouvoir participer. Certains événements ont déjà validés mes produits tels que le festival du nu africain, une galerie au Sénégal qui a retenue mes photo pour une exposition, il y a Douala art, etc.

Le fait de publier constamment a quand même contribué à l’émancipation de certaines personne. J’ai même des personnes qui se proposent être mes managers. J’ai comme manager une Marocaine (Françoise Benomar) qui croit en moi et me demande de maximiser en créant d’autres œuvres puisqu’elle compte exposer mes photo partout dans le monde. Elle a même organisé une exposition à Douala Art qui aura lieu en 2012.

Artistique photographie

Est-il possible que tes modèles soient nu sans penser au sexe et soient alaise  pendant un shooting ?

Moi le photographe qui vous parle, je suis un être humain avec de la libido. C’est vrai qu’en face de nous on a un beau spécimen qui est capable de nous mettre dans tous nos états. Cependant quand il s’agit de travail professionnel ce côté meurt d’abord. J’ai d’ailleurs fait comme un pèlerinage pour atteindre une certaine maturité artistique. Saviez-vous qu’on peut faire un shooting et avoir un mauvais rendu ? Juste parce qu’on n’était pas assez concentré ou que les lumières étaient mal réglées ? On est là pour réaliser une œuvre d’art/ un tableau et pour cela je fais plusieurs prises

J’ai aussi la chance de travailler avec des modèles qui comprennent ça. Ils respectent déjà ce qu’ils font et ne trouvent aucun problème d’être nu les uns devant les autres pendant un shooting. Donc ils sont alaise.

On constate que tu travailles avec les thèmes, c’est quoi le projet ?

photographie artistique sur le projet marigot
Le projet Marigot

J’ai déjà travaillé sur plusieurs projets notamment celui de “marigot. Ici je retransmets comme une sorte d’image que nous vivions étant jeune. Il n’y a que nous (africains) qui avons des marigots et on a tous à un moment donné quetté des femmes qui se lavaient. Alors je ressors cette image comme une sorte de nostalgie.

Quels conseils donner aux jeunes qui veulent être comme toi

Dans la vie on ne fait pas quelque chose parce qu’on a vu quelqu’un faire. Le talent, soit on l’a soit on ne l’a pas. Une fois que tu sais que tu es fait pour quelque chose, tu te lances avec passion et armé de beaucoup de volonté et de patience. Surtout il fait faire la part des choses avec un modèle nu ou habiller, rester professionnel surtout ne pas s’arrêter d’apprendre.

Merci de nous avoir accordé cet entretien et vivement que vos projets aillent très loin.

Facebook Comments

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here