Le groupe marocain BPCE récupère la BICEC

0
125

Le 1er octobre 2019, Le groupe bancaire marocain Banque centrale populaire (BCP) officialise l’acquisition de 68,5 % des actifs de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (BICEC). Sachant que jusque-là, est une filiale du groupe bancaire français BPCE (Banque populaire et Caisse d’épargne). La transaction, dont les détails n’ont pas été révélés, a été faite, précise la Bicec, après l’obtention de « l’ensemble des autorisations réglementaires ».

La cérémonie officielle était au siège de la BICEC à Douala – Bonanjo, avec la présence de Kamal Mokdad, Directeur Général de BCP chargé de l’International, Jean-Baptiste Bokam, président du Conseil d’administration de la Bicec, et Rochdi Sanhaji, le nouveau Directeur général de la Bicec.

Le groupe marocain BPCE récupère la BICEC

 « En rejoignant le groupe Banque centrale populaire, la Bicec bénéficiera des meilleures pratiques bancaires, d’innovations et d’expertises adaptées au marché africain. Avec l’appui de ses nouveaux actionnaires de référence, BCP et l’État camerounais, la Bicec entame dorénavant une nouvelle phase de son développement, en plaçant la satisfaction de ses clients et la promotion des talents locaux au centre de ses priorités », a déclaré Kamal Mokdad.

C’est le 24 septembre 2018 que le groupe bancaire français BPCE avait annoncé son entrée en négociations exclusives avec le groupe marocain BCP, en vue de la cession de ses participations dans ses filiales africaines, dont la Bicec au Cameroun.

Empreinte marocaine sur le secteur bancaire local

À la suite de cette annonce, deux avocats camerounais, Michel Janvier Voukeng et Guy-Alain Tougoua, avaient aussitôt saisi la justice pour s’opposer à ces négociations, dénonçant l’absence de concurrence dans le processus de cession des actifs de la Bicec. La procédure judiciaire est pendante devant le tribunal de première instance à Bonanjo, à Douala, depuis octobre 2018.

Les requérants ont également sollicité l’intervention, le 12 octobre 2018, de la Commission nationale de la concurrence. Dès novembre 2018, cet organisme public avait « ouvert les diligences nécessaires » pour s’assurer de la légalité de l’opération. Également saisie par les mêmes avocats, la Commission des marchés financiers (CMF), ancien régulateur de ce qui était encore la bourse des valeurs mobilières de Douala (avant l’unification du marché financier de l’Afrique centrale), s’était déclarée incompétente pour se prononcer sur cette affaire.

Grâce à cette acquisition des parts majoritaires de la Bicec, le groupe marocain BCP, qui contrôle déjà le capital de Banque Atlantique, groupe bancaire qui dispose d’une filiale au Cameroun, renforce ainsi son empreinte dans le secteur bancaire camerounais. BCP trouve surtout sur ce marché sa compatriote Attijariwafa Bank.

Cet actionnaire majoritaire de la Société commerciale de banque Cameroun (SCB Cameroun) détient également une société de gestion d’actifs (Asca), ayant compétence sur l’ensemble des pays de la Cemac, et opère aussi dans la bancassurance à travers sa filiale Wafa assurances.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here